ico Société La guerre aux pesticides ne s’arrêtera plus

Les initiatives contre l’usage des pesticides et des antibiotiques dans l’agriculture et la viticulture se multiplient et, fait significatif, les signatures rentrent. C’est qu’il y a dans la population suisse une prise de conscience forte sur les dangers que font peser ces substances sur les personnes, les animaux et la nature. Il serait temps que le monde politique s’en avise.

Suite...

ico Etranger Des frappes nécessaires et justifiées

Les frappes ultra ciblées sur les installations militaires chimiques de la Syrie ont, comme prévu, déclenché toutes sortes de polémiques, davantage inspirées par l’idéologie que par une analyse froide des faits. Car la seule alternative, c’était de ne rien faire, et donc accorder à Assad, où à tout autre va-t-en-guerre, le droit de continuer à utiliser de telles armes.

Suite...

ico Suisse Quand Broulis se prend pour Erdogan – suite

Réagissant à notre article du 8 avril intitulé «Quand Broulis se prend pour Erdogan», M. Vincent Grandjean, Chancelier de l’Etat de Vaud, nous a fait parvenir la lettre adressée à nos confrères du Tages Anzeiger avant publication de leur dernier article – lettre restée sans effet, et pour cause. Il reste que le procédé consistant à dépouiller les listes d’appels téléphoniques des ministres, voire des hauts fonctionnaires, s’il est avéré que le Conseil d’Etat a décidé d’y donner suite, est à la fois choquant et… parfaitement inutile, comme on va le voir.

Suite...

ico Suisse Quand Broulis se prend pour Erdogan

Si l’affaire Broulis empoisonne le gouvernement vaudois, elle empoisonne manifestement aussi la lucidité du principal intéressé. Exiger de nos ministres qu’ils lui remettent la liste de leurs appels téléphoniques est une violation de la sphère privée, et la négation de la protection des sources des journalistes.

Suite...

ico Suisse Il faut interdire la publicité pour le tabac

Le lancement d’une initiative populaire exigeant l’interdiction de la publicité pour le tabac est une excellente chose, parce qu’il fallait en arriver là: cette démarche témoigne de la perte de confiance des milieux de la santé et de la population envers le monde politique, qui dans sa configuration actuelle à Berne, se fout royalement de la santé publique et privilégie systématiquement les intérêts de l’industrie.

Suite...